Final Fantasy IX, l’épisode le plus romanesque?

Il me manquait le dernier joyau de mon âge d’or, Final Fantasy IX.
Un opus féérique, plus coloré que ses prédécesseurs mais qui a su créer son propre univers, sa propre morale et sa propre conclusion.
Attention, je spoile sans complexe en dessous.

Le scénario de Final Fantasy IX

Le scénario de Final Fantasy IX est dingue.
On assiste donc au kidnapping de Grenat, la princesse d’Alexandrie par les Tantalas.
Sauf que ce kidnapping va mal tourner et leur aéronef va s’écraser dans une forêt maudite sous la brume.

Car oui, dans Final Fantasy IX, la planète Héra, du moins son continent de la Brume est infesté de monstres, obligeant donc les êtres vivants de ce monde à vivre sur les hauteurs. Paradoxalement, la même brume est utilisé technologiquement, comme pour faire fonctionner les aéronefs.

Mais revenons à nos héros. On découvre donc que ce kidnapping était une mission de secours pour sauver une princesse capable d’invoquer de puissantes créatures nommées chimères et aussi puissantes que des armes de destruction massive.

Et comme Alexandrie cherche la guerre, cela aide bien. Cependant Final Fantasy IX va plus loin en montrant que parfois, ce ne sont pas les belligérants qui profitent de la guerre mais d’autres entités mal intentionnées.

Un conflit qui va mettre la planète voire la Vie même en danger! Et surtout plein de péripéties romanesques qui vont permettre à nos héros de se rencontrer!

Les personnages de Final Fantasy IX

Djidane (Zidane aha): Un voleur au grand coeur. J’aime vraiment ce personnage qui remonte le moral de tous le monde sans être lui invulnérable. On a un beau moment sur Terra au CD3 où les personnages lui remontent le moral en retour.
Un personnage bien plus vivant que Cloud et Squall! A lui seul, il rend Final Fantasy IX plus coloré!



Garnet: La princesse que j’apprécie. Tifa était une doctrine combattante, Linoa une fille de général résistante là où Garnet est une vraie reine.
Elle veut vraiment bien agir et a une vraie majesté. Elle doit s’adapter à tant de choses mais elle arrive à rester droite. Le seul moment où on la voit flancher, c’est lorsque Djidane apparait à la fin du jeu.



Bibi: Un personnage très emblématique de Final Fantasy IX.
C’est un mage noir au cœur d’or qui apprends qu’il n’était destiné à n’être qu’une machine de guerre. Et c’est très intéressant de le voir chercher son identité tout au fil du jeu. Aussi bien avec les personnages secondaires, que les autres êtres vivants ainsi que les mages noirs libres!



Steiner: Au départ, je sais que je ne l’appréciais pas trop mais je l’ai compris. Il est très emblématique à sa manière. Il obéit à un pouvoir juste dont il ne peut soupçonner la noirceur. Pourquoi croire un kidnappeur après tout?
J’aime énormément ses réactions quand il décide de faire face à Alexandrie qui veut éliminer Grenat.
Surtout lorsqu’il affronte les vagues de monstres pour protéger la population d’Alexandrie avec Beate.

Rien que les 4 premiers avaient une belle synergie mais d’autres personnages viennent s’ajouter et créer une équipe de folie!



Freyja: Je l’ai toujours apprécié. Déjà car c’est grâce à elle que j’ai découvert aussi les chevaliers dragons.
Mais aussi car c’était une « femme forte » avant l’heure!
On assiste quand même au parcours d’une femme qui pense que son amant est mort alors qu’il est amnésique et qui assiste au génocide de son espèce. Pourtant, elle continue d’aider le groupe à Djidane pour vaincre la source du mal, Kuja.


Kweena: Un des personnages les moins développés de Final Fantasy IX. Elle ne souhaite que manger. En terme de gameplay, c’est le retour du mage bleu (même si Quistis était capable de manger des gens aussi aha). Pourtant, malgré cela, elle développe des sentiments.
Je me souviens qu’elle console Bibi qui pensait ne pas être un être vivant et Djidane au cd3 aussi!



Eiko: Une vraie petite peste. Je rigole mais elle est l’incarnation parfaite de la peste.
La dernière (ou presque) survivante de Madahine salée.
J’apprécie énormément ses tentatives de flirt avec Djidane ahaha.
Mais surtout j’aimais bien sa relation avec les Mogs et les autres. Puis elle devient tout de même princesse de Lindblum à la fin!



Tarask: Un personnage solitaire. Il est accusé à tort à cause de Djidane et a toujours été surpris par les actes de ce dernier.
Il semble ne faire confiance qu’a soi même et justement, c’est grâce au groupe de héros qu’il évolue.
Je me souviens qu’il voulait affronter Freyja au début du cd3 mais que paradoxalement, il acceptera plus tard d’aller avec elle pour débloquer le passage vers Terra.

Les Tantalas

On les oublie alors qu’ils ont un rôle capital dans l’histoire de Final Fantasy IX. Tout d’abord, lorsque Kuja abandonne Djidane, par peur, ce sont eux qui le recueille.
Même si ce sont des voleurs, ils ont un grand cœur. Des pirates de l’air bien sympathiques en somme.

Ils n’hésitent pas à kidnapper la princesse Grenat (sous ordre du Roi Cid).
A s’échapper de la forêt maudite en sauvant tout le monde et en survivant dans un monde dangereux.
Ils reviennent sauver Frank et surtout aident Grenat à s’échapper d’Alexandrie (et d’échapper à la mort).

Un peu comme le grand père de Bibi ou les mages noirs avec Bibi, ce sont eux qui donnent vie à Djidane.
J’aime bien l’idée que c’est plus le vécu qui fait un être que son origine. Plus au sens où un personnage comme Kuja est moins ténébreux que les ennemis des Final Fantasy précédents.
Il aurait pu être une bonne personne s’il avait rencontré les bonnes personnes justement.

Et c’est là où j’aimerais faire une légère comparaison entre Dragonball et Final Fantasy IX.
Djidane et Goku sont deux êtres avec une queue de singe qui peuvent avoir une forme énergétique surpuissante (transe et super saiyan).
Mais surtout qui étaient envoyés sur une planète pour la détruire mais suite à leur amnésie et leurs amis, deviennent les meilleurs protecteurs de cette planète.
Kuja n’est qu’un autre Raditz.

Malgré tout les Tantalas restent de bonnes personnes et arrivent même à me faire regretter que l’on ne les voit pas plus souvent. La réussite de ce jeu n’est pas seulement dû grâce à ses personnages principaux mais aussi aux secondaires voire même tertiaires.
Ainsi qu’a ses graphismes et mélodies aha!

Les graphismes et les mélodies de Final Fantasy IX

Les graphismes de Final Fantasy IX sont vraiment intéressants.
Final Fantasy VII tentait d’être le premier Final Fantasy 3D avec les moyens de l’époque.
Final Fantasy VIII arrivait à être bien plus réaliste dans les formes et tailles des personnages.
Ainsi Final Fantasy IX décide de les prendre à revers en faisant du super déformé!

En gros, on joue des personnages déformés mais très charmants. Et paradoxalement, les graphismes du jeu, un peu comme Wind Waker, sont étranges mais vieillissent bien mieux.

C’est surtout un jeu qui est bien plus coloré que ses deux prédécesseurs. Certes, sur certaines choses, il est moins sombre pourtant il est lui aussi sombre.
Si dans Final Fantasy VII, le secteur 7 est exterminé, dans Final Fantasy VIII, l’université de Trabia est détruite… dans Final Fantasy IX, Bloumecia est détruite et Cleyra est purement annihilée.
Ou parlant du petit Bibi qui découvre n’être qu’une création, une arme de guerre.

J’aime vraiment cet univers. Et surtout ces mélodies. Nobuo Uematsu pense avoir fait son meilleur boulot sur Final Fantasy IX.
Et franchement, c’est possible. Combien de musiques de ce jeu sont toujours présentes dans notre esprit?
J’apprécie son approche avec les synthétiseurs.

Les Active Time Event (et les Mogs)

Beaucoup oublient les Active Time Event.
C’était pourtant pour moi, l’une des meilleures décisions de Final Fantasy IX.
En gros, vous pouviez voir ce qui se passait en même temps que ce vous viviez. En gros, pendant que Djidane était dans la foret, on pouvait voir Bibi et Grenat fuir des monstres!

Et je trouve que cela augmente fortement le côté romanesque de Final Fantasy IX.
On pouvait voir ce que faisait d’autres personnages, aussi bien les héros que les autres.
Et j’appréciais cela. On était plus attaché au jeu, aux personnages, aux contrées etc…

Cependant, cela serait oublier les Mogs! Ces gentilles créatures qui non seulement font fonctionner la MogPoste mais aussi nous permettent d’en apprendre plus sur eux. Ou sur des personnages que l’on a rencontrés.

C’est là où Final Fantasy IX assure et arrive à donner vie à un monde.
En général dans un jeu vidéo, on rencontre des personnages dans une ville et c’est tout.
Moi, ce que j’ai vraiment apprécié, c’est la famille de Gal à Lindblum.

J’aurais bien aimé la possibilité de reconstruire Bloumécia, un peu comme une ville de Tales of Symphonia où nos héros pouvaient investir un paquet de pognon!



Je me souviens du massacre de Bloumecia et de l’annihilation de Cleyra. Un vrai génocide.
Et cela m’avait bien marqué petit de voir que la famille de Dan que j’avais sauvé à Bloumecia qui se retrouve exterminé par Odin à Cleyra.
Donc voir que des Blouméciens (comment ça se dit?) étaient encore vivants me faisait plaisir.
Encore plus de voir Gal et sa famille vivant à Lindblum (les réfugiés de guerre déjà à l’époque?).

Et justement lorsqu’on leur parle avec Djidane, on voyait un ATE avec Freyja qui rencontre les soldats blouméciens, Glay et Doyle (j’espère que ma mémoire me joue pas des tours).
Et ils parlaient de leurs joies d’être vivants mais de leurs tristesses par rapport à leurs compatriotes comme Dan.
Puis on revenait à Djidane à qui Gal et sa femme Oueil présentaient leurs 5 enfants.

C’est un ATE anodin et dont bien des personnes doivent se moquer.
Pourtant, il m’avait bien marqué. Je pense que l’on peut juger une œuvre sur les détails. Et lorsqu’un jeu vous fait des petites scènes pour vous montrer qu’il existe des survivants qui ne vus ont pas oublié et comptent reconstruire leur pays, c’est un vrai baume au cœur.

Kuja, le méchant sous-estimé?

Il est un peu le penchant néfaste du libre arbitre. Il n’était qu’un outil pour asservir Héra mais sa peur d’être remplacé par Djidane, le pousse à péter les plombs.
Lui et Djidane ont réussi à prouver qu’ils étaient bien plus que des outils mais des êtres avec des rêves et/ou des cauchemars.

J’aime bien comment il se plait d’avoir des outils mais paradoxalement ne veut pas en être un.
Y’a un moment où lorsqu’on le voit réagir à la transe du Mog d’Eiko où j’ai crains le pire.
Il semblait étonné mais surtout, très intéressé par la transe. Je me doutais qu’il allait l’utiliser.
Et je tiens à saluer le fait que Final Fantasy IX arrive à faire que sa transe (sa limit break) soit présente dans le scénario.
Avec un impact dramatique pour Terra.
Pourquoi? Car Garland lui avoue qu’il n’était qu’un outil temporaire.
Un peu comme les mages noirs… Et là, il a littéralement pété les plombs.

Cependant, à la fin du jeu, il sauve nos héros.
Et cela m’épate vraiment. Certes, cela ne rattrape pas tous les dégats qu’il a pu faire.
Mais il n’était pas manichéen contrairement à un Sephiroth ou une Ultimecia. Enfin même s’il complète la trilogie des ennemis aux cheveux argentés aha.
C’était réellement une personne qui se questionnait sur la vie et la mort.

Le rapport avec la Mort ou la Vie?

En vrai, Final Fantasy IX est une ode à la vie.
A la fois par rapport à la vie, par rapport à son rôle, son identité etc… Chaque personnage représentant son propre thème.
Mais aussi par rapport à la Mort. Terra n’a pas accepté la Mort et cela a causé Kuja et bien d’autres choses.

Un peu comme Bibi à la fin du jeu. C’est le fait d’accepter la Mort qui permet de vivre sa Vie tranquillement en gros.
Kuja a eu peur de la Mort et n’a donc jamais profité de sa vie.

Je sais que beaucoup d’entre vous n’aiment pas Nécron, le boss final. Cependant, je vous conseille de lire mon article sur le sujet, qui pourra vous convaincre ou pas!

J’ai l’impression que beaucoup de gens aiment la Mort.
Ils veulent que le Link de Majora’s Mask soit mort (avec une belle théorie tout de même) ou que Héra et Terra aient fusionné et donc que toute la population soit décédée.
Personnellement, je vois plus la fusion des populations de Héra avec celles de Terra (Djidane et les autres génomes). Une sorte d’ode à la vie où au lieu de se faire la guerre, ils font l’amour ahaha.

𝗦𝘂𝗶𝘃𝗲𝘇 𝗺𝗼𝗶 𝘀𝘂𝗿 𝗺𝗲𝘀 𝗿𝗲́𝘀𝗲𝗮𝘂𝘅 𝘀𝗼𝗰𝗶𝗮𝘂𝘅 𝗹𝗲𝘀 𝗞𝘂𝗽𝗼𝘀! 𝗦𝗶𝗻𝗼𝗻, 𝗰𝗲 𝘀𝗲𝗿𝗮 𝘁𝗰𝗵𝗶-𝘁𝗰𝗵𝗶 (𝗽𝘂𝗶𝘀 𝗹𝗮 𝗺𝗼𝗿𝘁)!

12 commentaires sur “Final Fantasy IX, l’épisode le plus romanesque?

  1. Et justement lorsqu’on leur parle avec Djidane, on voyait un ATE avec Freyja qui rencontre les soldats blouméciens, Glay et Doyle (j’espère que ma mémoire me joue pas des tours).
    ____
    Oui oui, c’est bien le cas ;). D’ailleurs quand j’ai vu cette scène, ça m’a donné un peu d’espoirs pour le peuple de Bloumécia. Ils ont tellement souffert les pauvres.

    Bon sans surprise, ce jeu est un chef d’oeuvre ♥ Un méchant qui au final, aide ses ennemi, c’est beau ça… en plus, il me semble que dans Dissidia NT, Kuja aide Djidane (j’ai joué un peu au jeu mais je suis bloquée dans le mode Histoire. Mais c’est en regardant des gifs sur Tumblr que j’ai pu voir ça).

    Cette idée de la fusion des peuples, c’est aussi une belle interprétation n’empêche !

    • Grave, ils ont subi l’enfer! J’aurais bien aimé voir Puck reprendre sa contrée après justement!

      Oui, il est pas si manichéen que les autres argentés aha!

      Merci aha, je deviens mielleux avec l’âge aha

      • Oui et la reconstruction de Bloumécia (comme tu l’as dit) !

        Il faut après ^^ je dis ça mais moi je prends de l’âge et de je deviens un peu plus aigrie parfois XD

      • Faut qu’on fasse la requête à Square Enix, mettre une quête où on doit reconstruire Bloumecia dans le remake de Final Fantasy IX en 2030 mdr

      • God … 2030… je préfère même pas y penser… XD
        (déjà que ma trentaine commence mal avec cette période :/)

      • Je suis sûre que s’ils font un remake de FF9, je serais déjà une vieille aigrie avec ses chats x)

      • Aller, on va dire que je le suis en ce moment x)

  2. Je n’ai fait FF IX qu’une seule fois, il n’y a pas si longtemps, mais je dois reconnaître que c’est un opus très charmant. Ton résumé et ton analyse du jeu valent vraiment le détour, notamment quand tu fais le parallèle avec Dragon Ball. Les images sont topissimes. Perso, j’ai eu un vrai coup de cœur pour Bibi !

    • Ohhh merci!
      Oui, j’aurais aimé en faire un article « Les points communs entre Dragonball Z et Final Fantasy IX » aha mais excepté les points communs en question, je n’ai que peu de matière aha!
      Merci! Oui, tout le monde a aimé le piti bibi!

  3. Ping : L'année 2001, meilleure année du jeu vidéo? - Daily Moogle

Laisser un commentaire

Sinbad, le tyran du Dailymoogle est en live, kupo!
Clique ici pour suivre ma chaîne Twitch, Kupo!
%d blogueurs aiment cette page :