Girl Power 6: Des méchantes badass dans les jeux vidéo

Pour ce Girl Power 6, je me suis dit qu’après avoir parlé des héroïnes présentes dans les jeux vidéo, je vais parler des méchantes.
Plus précisément des méchantes qui font office de boss final.
Attention, je spoil sur The Last of Us 2! Le reste des jeux devant être suffisamment ancien pour que cela ne soit pas du spoil.

Suite au Girl Power IV, il fallait que j’aborde le même sujet mais version maléfique.

Voici donc un top 10 des méchantes badass dans les jeux vidéo! 

Abby – The Last of Us 2

Le premier Last of Us permettait de jouer Joel qui tentait de sauver Ellie et de l’élever comme sa fille. C’était sa fille adoptive.
Sauf que dans le second opus, il se fait tuer par Abby.
Cette dernière vengeait son père (qui voulait capturer Ellie lui aussi) qui a été tué par Joel.
Forcément Ellie ne vas pas être tendre avec Abby et ses proches.

Cependant, elle l’épargne.
Petite anecdote sympa ou pas, la doubleuse d’Abby, Laura Bailey a littéralement reçu des menaces de morts.
Car le personnage qu’elle doublait a tuer Joel. Ce n’est même pas elle qui a écrit le script (non, je ne vous dis pas de menacer les scénaristes aha) mais pourtant, des joueurs incapables de distinguer sa personne, du personnage l’ont menacé…

Eve – Parasite Eve

Quand le jeu porte littéralement ton nom, c’est que tu es clairement un boss final de compétition. Surtout lorsque tu es une cousine d’Ultimecia plus bas!
Enfin Eve sera l’avant-dernier boss même si elle est l’antagoniste principal de cette aventure et que son fils sera le réel boss final.
Eve est la conscience des mitochondries de Melissa Pierce. Les Eve(s) sont lorsque les mitochondries d’un individu ont obtenu une conscience et souhaitent généralement exterminer l’Humanité.
Les Eve considèrent que c’est une espèce obsolète qui doit être remplacée.

Quel rapport avec Aya Brea l’héroine? Sa sœur jumelle Maya est morte et c’est Melissa qui a hérité de ses mitochondries avec Aya. Si cela protège Aya des mitochondries et faisant d’elle, la seule pouvant arrêter Eve, cela a transformé Melissa en monstre.

Glados – Portal

Glados est une machine (Genetic Lifeform and Disk Operating System). Cette machine utilise des humains comme des cobayes.
Ces derniers doivent réussir les épreuves qu’elle leur impose.
Sauf qu’elle élimine les humains après les épreuves.
Donc Chell a réussit à la fuir et à l’affronter et même la vaincre… dans Portal 1.

Sauf qu’elle doit s’allier à Glados face à une nouvelle menace dans Portal 2.
Pourquoi est-ce que je vous parle de cette machine? Et bien Glados est crée à partir de Caroline, l’assistante qui lui donne un peu d’humanité.
Ce qui fait de Glados une femme? En tous cas, Glados élimine la partie de Caroline qui subsistait en elle.

Gruntilda – Banjo et Kazooie

Gruntilda est une sorcière (pas la seule de l’article) qui veut rajeunir et être belle.
Elle kidnappe donc la soeur de Banjo, l’ours pour lui voler sa jeunesse et sa beauté.
C’est pour cela que Banjo et Kazooie (l’oiseau) se lancent à sa poursuite.
Je vous suggère de lire mon article sur le jeu mais c’est surtout la fin du jeu, le game over qui est drôle.
On voit qu’elle obtient la beauté mais garde son rire de sorcière ahahaha.

C’est une femme que l’on affronte une seconde fois à la fin de Banjo Tooie voire même une troisième fois si on compte la suite de Banjo en version courses de bolides dont je tairais le titre…
Nous tenons donc peut-être le personnage qui a été le plus souvent boss final d’un jeu vidéo!

Jubileus – Bayonetta

Dans ce Girl Power, ce ne sont pas les sorcières qui manquent.
Pour résumer Jubileus, c’est disons l’ange le plus puissant de l’univers de Bayonetta.
L’histoire de Bayonetta, c’est la sorcière Cereza qui est amnésique et découvre la vérité sur son ordre de sorcière qui s’est quasiment exterminé dans sa guerre contre l’ordre de Lumens.
Cet ordre tentant d’invoquer Jubileus parmi les mortels pour que la volonté divine soit rendue sur leur monde.
Sauf que Jubileus doit être vaincue pour sauver le monde de Bayonetta. Et en terme de Girl Power, elle est toute puissante.

Maria – Silent Hill 2

Selon vos choix, elle peut devenir le boss final.
Maria est la version fantasmée de Mary, la femme décédée de James, le héros.
A la fin du jeu, James découvre qu’il a tué Mary, sa femme, car elle avait une maladie grave et incurable.
Donc soit James affronte la réalité et doit donc affronter Maria. Cette dernière d’ailleurs ne comprends pas comment il peut la refuser alors qu’elle est encore mieux que Mary (mais n’est pas Mary).
Soit James va avec elle sauf qu’elle commence à tomber malade comme Mary, preuve que James sera coincé dans un cercle vicieux.
Pour moi, d’une point purement psychologique, elle est le meilleure boss des femmes ici présentes dans ce Girl Power.
Car James a du affronter la réalité et ne pas tourner la tête, ce qui est très brave en soi.

Mother – Wild Arms

Wild Arms est un ancien RPG qui mérite son propre article. Je comptais parler de Jénova de Final Fantasy VII mais je me suis dit que Wild Arms est un bon exemple qui est moins connu en plus!
Preuve que les mères se sacrifient pour leurs fils!

Grosso modo, c’est un monde où les humains redécouvrent les anciennes technologies et les utilisent pour se battre, d’où le noms Arms. Mais c’est surtout une planète qui a faillit être dominée par les démons de métal. Une sorte d’armée qui détruit planète après planète.
Mother, ou Mère pour les intimes et la mère de cette espèce de démons.
Vaincue avant Wild Arms, elle revient à la vie grâce à ses démons mais aussi à cause de la cupidité des hommes.
Elle n’est pas réellement le boss final. Elle est l’avant dernier boss même si le boss final est un peu plus simple qu’elle.

Sarah Kerrigan – Starcraft 2

On parle souvent d’Arthas de Warcraft devenu le Roi Liche.
Pourtant, on oublie que Sarah Kerrigan est devenue la Reine des Lames sur Starcraft.
Dans le premier opus de Starcraft 2, elle fait office de boss final. Et sa présence dans le Girl Power 6, c’est aussi grâce à sa puissance et sa ruse qu’elle l’a obtenu!
Elle est la reine des Zergs et est l’ennemie à abattre. La dernière mission consistant à survivre aux assauts des Zergs, le temps que l’artefact Xel Naga soit fonctionnel.

Pourtant Jim Raynor, qui avait abandonné l’idée de sauver la femme qu’il aime suite aux milliards de morts qu’elle avait causé va tout de même l’épargner.
Pas pour lui mais pour la galaxie. Et ce n’est pas tous les jours que l’on joue une femme dans l’opus suivant qui redeviendra la reine des Zergs pour sauver les gens qu’elle aime.
Comme quoi, même dans les jeux de stratégie, il y’a un peu d’amour!

The Boss – Metal Gear Solid 3

Metal Gear Solid 3 est une perle vidéo-ludique. Pour de nombreuses raisons mais surtout pour The Boss.
Naked Snake doit vaincre son mentor qui est une femme.
Uniquement pour découvrir que cette femme considérée comme une traîtresse est la véritable héroïne de l’histoire.
Non seulement, elle meurt mais en plus les deux factions (les Etats-Unis d’Amérique et l’URSS) la considèrent comme l’ennemi.
Elle a sacrifiée son honneur et sa vie pour empêcher le monde de subir une troisième guerre mondiale voire même un holocauste nucléaire vu les tensions.

Mais c’est réellement son personnage qui a changé Naked Snake. Il dit même être mort avec elle, ce jour là.
C’est ça qui l’a lancé à se rebeller contre les Philosophes (une entité contrôlant le monde) et qui a impacté les scénarios de 90% des jeux de cette mythique saga.
Si Naked Snake a changé sa vision du monde, c’est à cause du sacrifice de cette femme, qu’il a du tuer de ses propres mains.
Elle ne devrait même pas être dans ce top mais rien que son surnom de The Boss l’y avait prédestinée! L’héroïne de ce Girl Power!

Ultimecia – Final Fantasy VIII

Voilà un boss final qui est une femme mais pas vraiment.
Les gens ont du mal à comprendre ce jeu mais le véritable boss est une sorte de divinité appelée Hyne.
Cette dernière habite le corps des sorcières, des femmes très rares qui ont une volonté propre mais sont contrôlées par Hyne. Il reste Adel, l’une des sorcières qui semble être l’exception vu qu’elle est hermaphrodite.

Le jeu, nous permet de jouer des Seeds, des étudiants d’une organisation paramilitaire qui chassent les sorcières. On affronte donc Edea à la tête du puissant état de Galbadia, puis Adel qui menace la nation d’Esthar. Pour se rendre compte que c’est une sorcière du futur, Ultimecia qui contrôlait les deux.
Nos héros ne pouvant vaincre Hyne ont du faire une compression temporelle pour éliminer toutes les sorcières de l’Histoire sauf Linoa et éliminer Ultimecia.
Cette dernière a transmis Hyne a Edea dans le passé créant une sorte de boucle temporelle.

Ainsi nos héros ont vaincu une entité invincible en l’enfermant dans une boucle temporelle et on ose me dire que ce jeu n’est pas une perle! Est-ce que Hyne est une femme? Le corps au dessus d’Ultimecia est un peu le sien donc peut-être que oui?

3 commentaires sur “Girl Power 6: Des méchantes badass dans les jeux vidéo

  1. Je n’ai pas tout lu, pour ne pas me faire spoiler (notamment pour Silent Hill, The Last of Us 2, Parasite Eve et Metal Gear Solid) mais franchement, un article sur les femmes en méchante dans les jeux, j’en ai pas souvent lu :O ! Et oui, les femmes ont des fois plus dans le froc que certains hommes x)
    Le game over est plutôt amusant en effet x)

    • Oui, je comprends! Je te conseille de jouer à ces 4 jeux aha!

      Oui, grâce à ce girl power, je peux laisser éclater ma misogynie ahahaha. Plus sérieusement, je me disais que l’inverse serait intéressant! Cela montre qu’elles peuvent être des boss finaux (finals?) crédibles!

      Oui, les Game Over de Rare sont toujours comiques (même si Mumbo, le chaman qui drague la méchante m’a bien fait rire, car il perds pas le temps)!

      • Je ne sais pas si on finaux ou finals aussi mdrrr

        Ils ont raison, ça donne un petit côté relativisant si on peut dire le choses ainsi mdr

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :