Top 10 des raisons de lire Übel Blatt

« L’histoire se déroule dans un monde séparé entre l’empire de Szaaland et un endroit mystérieux nommé « Wischtech » surnommé par ailleurs l’empire du mal, où une guerre eut lieu entre les forces maléfiques de Wischtech et les autres.

Le scénario est centré sur une légende qui raconte que, pour vaincre l’armée des ténèbres de Wischtech, l’Empereur missionna quatorze guerriers à qui il confia, quatorze Lances sacrées. Trois d’entre eux, les « Glorieux guerriers sans retour », périrent au combat. Quatre autres, surnommés les « Lances de la Trahison », furent exécutés par leurs compagnons pour félonie. Les sept derniers accomplirent leur mission et furent accueillis en héros à leur retour. Ainsi est née la légende des Sept Héros.

Vingt ans se sont écoulés. Une rébellion éclate dans les Provinces frontalières de l’empire de Szaaland, menée par des individus prétendant être les « Lances de la Trahison ». Mais ces derniers se heurtent à une résistance inattendue de la part d’un individu isolé qui semble bien connaître les quatorze guerriers élus, et qui met en doute la légitimité des 7 héros. Son épopée le mènera dans tous les recoins de l’empire et au-delà, et certaines de ses rencontres s’avéreront essentielles pour atteindre le but qu’il s’est fixé : Sept cibles pour une vengeance implacable. » – Wikipedia

1) Ascheriit

Adopté par un forgeron, il devient épéiste. Dès sa jeunesse, il devient le plus grand de tous les épéistes de l’Empire. C’est surtout un jeune guerrier capable d’utiliser la technique des « Ailes noires ».
C’est pour cela qu’il est choisi pour faire parti de l’escouade envoyée contre Wischtech.
Petit à petit dans Übel Blatt, on aura le droit à des flashback de son enfance, sa guerre etc…

Sauf que cela ne se passe pas comme prévu…

2) Les Lances de la Trahison

Parmi les 14 héros dont faisait parti Ascheriit, 3 d’entre eux moururent durant la guerre contre Wischtech qui se déroule 20 ans avant Übel Blatt. Et ils furent surnommés les « Guerriers sans retour ».
4 héros furent surnommés les Lances de la Trahison et Ascheriit en fût parti.
Ils furent tués par les 7 Lances restantes qui sauvèrent l’Empire.
Ensuite, chacun d’entre eux rentra dans la légende et obtinrent des titres et des terres. 
Sauf que cette histoire n’est pas vraie.

3) Koinzell, le héros d’Übel Blatt

Ascheriit n’est pas mort, quoique… en mordant un elfe, il a réussit à obtenir un nouveau corps. Cela fait de lui un adulte dans un corps d’enfant/adolescent. 
Il est surtout animé par la vengeance et compte tuer les 7 anciennes lances qui l’ont tué avec ses fiers camarades.
Il était le plus puissant des guerriers. Mais vu son nouveau corps fragile, il ne peut pas utiliser les « Ailes noires » à leur paroxysme.
Et je trouve cela bien trouvé, un peu comme dans Dragonball GT quand Goku ne peut utiliser directement sa pleine puissance.
Si Ascheriit était connu pour son bon cœur, Koinzell est complètement obnubilé par la vengeance et ce quelque soit les conséquences pour l’Empire.

4) Les 7 héros

En vérité, Ascheriit et les autres lances qualifiées de traîtres sont les héros.
Les 7 autres n’ont pas voulu continuer la quête… sauf que lorsque le groupe d’Ascheriit a réussit, ils ont décidé de les tuer pour deux raisons.
Pour ne pas passer pour des pleutres mais aussi pour être acclamés en héros.
Donc ils leur ont fait une embuscade juste après leur victoire. Car qui se méfierait de ses alliés et camarades même si ce sont des couards?
Non seulement, ils les ont tué mais ils ont lancé la disgrâce sur les 4 véritables héros de la guerre contre Wischtech.
Si certains ont tenté de trouver la rédemption, certains des 7 héros ont plutôt sombré dans la décadence…

5) Dark Fantasy

Certes, Übel Blatt est de la Dark Fantasy même de la bonne Dark Fantasy mais ce n’est pas Berserk.
Cela n’a rien à voir.
Après, il y’a de la mort à gogo, de n’importe quel personnage, bon ou mauvais.
Des scènes bien gores, du sang, des tripes, de la magie noire, c’est abominable parfois.
On a aussi du sexe car Ascheriit « reste un bon épéiste » mais j’y reviens plus bas.
Le paradoxe de ce manga est que le héros va venir dans un royaume paisible (avec des problèmes internes) et que sa présence va justement amplifier l’aspect Dark Fantasy de cet univers.
Enfaîte, ce manga, c’est des strings, du sang et un elfe vengeur.

6) La vengeance à tout prix?

Est-ce que Koinzell a raison? Bien sur, me diriez-vous.
Mais imaginez que votre vengeance pour tuer 7 personnes va engendrer des changements géopolitiques tellement importants qu’ils vont tuer énormément de gens.
Est-ce que votre vengeance mérite de faire autant de dommages collatéraux?
Dur à dire… c’est pourtant l’oeuvre d’Übel Blatt où même si le héros a raison, il va causer de nombreux soucis et rébellions.
Le scénario est vraiment bon car ce qui pourrait être une banale trahison devient un enjeu philosophique pour de nombreux personnages.
Je pense à l’un d’entre eux qui hésite à dire la vérité sachant que cela briserait la paix du royaume.

7) Un sacré trait

Übel Blatt est vraiment bien dessiné, on a pas vraiment de tome plus faible qu’un autre.
Je ne peux en dire autant pour le scénario. Les dessins sont à la hauteur pour les décors, les personnages et les combats.
Surtout pour les « ailes noires »

8) De l’ecchi

Je dirais qu’il y’en a pour tous les goûts, de la « forte doctrine » a des personnages « un peu trop jeunes à mon goût ». C’est un peu le point faible d’Übel Blatt. Parfois, c’est pour bien montrer le côté Dark Fantasy et les « châtiments pires que la mort ».
Car en général, les périodes fortement ecchi-esque sont là pour rallonger la durée de vie de l’oeuvre. On a vraiment le droit à des scènes gratuites au point que je ne savais pas si je lisais un manga ou un hentai! Et encore, car c’est des viols, tortures et autres sévices sexuels…
Vous voyez les fillers dans les animes? C’est un peu le même délire ici mais c’est frustrant car l’oeuvre a un certain ralentissement un peu après le milieu.
Même si le scénario repart de plus belle après!

9) Wischtech

Je ne vais rien spoiler et c’est rare que l’une de mes raisons puisse tenir en une phrase.
Mais disons que Wischtech n’a pas dit son dernier mot… Car oui, peut-être bien que les démons sont loin d’avoir dit leur dernier mot.
Peut-être que Koinzell sera enfin reconnu comme héros…

10) 23 tomes

Übel Blatt, c’est plus de 23 tomes (sans compter le tome zéro et les éditions collectors).
L’oeuvre de Etorōji Shiono est surtout terminée après 15 ans de publications. Et surtout, elle est entièrement disponible en français.
Une adaptation en animé un jour, qui sait?

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :