Publicités

La critique de la religion dans les jeux vidéo?

La religion dans les jeux vidéo?
Je ne vais pas aborder les jeux vidéo d’un point de vue religieux.

Même si faire un article sur la vision des religions sur les jeux vidéo selon un rabbin, un prêtre et un imam serait vraiment intéressant!
Je voulais juste aborder les jeux vidéo que j’ai connu qui étaient « critiques » envers les religions.

Bien entendu, mon article est subjectif et spoilera fortement!
Je ne critique aucune croyance ni l’athéisme.

Au passage, j’aurais bien aimer parler de Darksiders. Plusieurs jeux avec un complot légèrement similaire à celui des Nanatsu no Taizai.
Mais vu que c’est un complot d’un type des Cieux et non d’une religion dévoyée de son but, je n’aborderai pas le sujet.
Pas dans cet article en tous cas.
Sur ce, commençons les hostilités.

Assassin’s Creed

Ezio Auditore.jpg

Cette licence se déroule dans notre monde! 
Ainsi les principales religions seraient de fausses croyances.
L’Humanité aurait été crée par des êtres plus anciens qui ont été pris pour des divinités au fil des millénaires (Athéna, Anubis etc…).
Ces anciens humanoïdes ont crée les êtres humains comme main d’oeuvre bon marché.

Adam et Eve sont des hybrides qui ont réussi à s’échapper grâce à la pomme d’Eden.
Eden étant l’endroit où les humains étaient retenus.
Les fragments d’Eden étaient des objets permettant disons d’influencer fortement la pensée humaine.

Cain tue Abel pour obtenir ce pouvoir sur l’Humanité.
Depuis cette dernière se divise en trois factions:

  • L’Humanité, inconsciente de la vérité.
  • Les Templiers qui pensent qu’il faut contrôler l’Humanité pour la guider vers l’âge d’Or. Certains sont là pour le contrôle mais d’autres pensent réellement faire cela pour l’interet général des êtres humains. Ils sont derrière plusieurs religions.
  • Les Assassins pensent l’inverse et que la liberté de l’Homme est la plus importante des valeurs. Un peu comme Adam et Eve qui ont fuit Eden.

« Laa shay’a waqi’un mutlaq bale kouloun moumkin. »(« Rien n’est vrai, tout est permis » en arabe.)

Ainsi cette licence qui se sert de l’Histoire réécrit les religions comme des outils au service des Templiers.

Les Assassins font figure d’anarchistes là où les Templiers ont crée de fausses divinités.
Là ou les « créateurs de l’Humanité » voulaient justement être adoré comme des divinités.
En conclusion, les deux ont une vision paradoxale!

Il faudra vraiment que je fasse un voire des articles sur cette licence!

Final Fantasy X

FFX Seymour.jpg

J’aurais pu citer d’autres Final Fantasy (voire même FFXIII où vous affronter une divinité).
Mais, pour moi, car oui cet article reste mon avis subjectif, Final Fantasy X est la meilleure « critique ».

Le monde de Spira est dominé par Sin (pas moi), littéralement le péché en anglais.
Et la religion de Yu Yevon (le véritable boss final) qui interdit aux hommes d’évoluer technologiquement.

Cette idée, présente dans des œuvres comme W40k (qui ont peur des intelligences artificielles) est savoureuse.
Le péché ne peut être vaincu que par la foi. Et il revient éternellement.
De même que les morts qui doivent être envoyés dans l’Au Delà. 

Il est vrai que la religion de Yu Yevon semble inspiré du Christianisme mais les références, les pèlerinages etc… touchent les religions abrahamiques et au delà!
Guadosalam étant un clin d’oeil à Jérusalem? Mystère!

Une fausse religion née 1000 ans avant les événements du jeu.
Zanarkand et Bevelle étaient en guerre. Cependant Zanarkand perdant la guerre face aux armes de Bevelle était dirigé par Yevon.
Les habitants de Zanarkand sont donc « sacrifiés » pour « sauver Zanarkand dans une sorte de rêve » d’où provient Tidus ». Ce Zanarkand est caché dans Sin et ce dernier détruit tout (Zanarkand compris).

Apprendre à parler l’ Al Bhed

Depuis, la fille de Yevon, Yunalesca a vaincu Sin et cette fausse religion s’institutionnalisa.
Vu que Sin détruisait les cités technologiquement avancés, les gens ont donc abandonné cette dernière… sauf les Al Bhed qui sont considéré comme un peuple d’hérétiques!

En outre, FFX-2 a un côté positif.
Oui!
On observe comment les gens se divisent entre la ligue des jeunes et Néo-Yevon. Ainsi la religion continue d’exister ainsi que les athéistes.
Ils auraient du beaucoup plus appuyer l’histoire sur un monde qui se reconstruit après un millénaire de mensonges!

Tales of Symphonia

Tales of Symphonia.jpg

Tales of Zestiria aurait pu être présent mais ToS me semble bien plus poussé!
Vous pensiez que les 1000 ans de perdition de Final Fantasy X étaient graves?

Détrompez-vous! Tales of Symphonia, c’est 4000 ans!

Imaginez que deux « planètes » croient en Martel et son église.
Sauf qu’en vérité, leur divinité est une demi-elfe morte il y’a 4000 ans suite à une guerre.
Ainsi son frère la fusionne avec la graine d’un arbre géant qui produit du mana à une échelle planétaire (c’est pas exactement ça mais je généralise grandement) pour la faire survivre.

Il divise littéralement la planète en deux dimensions, Sylvarant et Tesseha’lla. L’une sera nourrie en mana, là où l’autre en subira les frais.
En somme, les deux anciens royaumes devenus dimensions ignorent tout de ce complot!

Et il fait un programme génétique pour réussir à créer des « élus ».
Ces derniers doivent sauver le monde en se sacrifiant (et pour que leur dimension reçoit le mana).
Tout ça pour quoi? Pour recréer un corps vivant qui sera idéal pour le corps de sa sœur.

Et si on avait le droit à une préquelle de Tales of Symphonia?

Cela semble tiré par les cheveux, pourtant c’est le scénario de Tales of Symphonia.
Le corps qui devait servir à Martel était celui de Colette.
Le héros principal Lloyd ne voulant pas la perdre, cela crée la différence majeure entre l’antagoniste et le protagoniste.

Pour pousser le cliché plus loin, l’Eglise de Martel est dirigé par des gens ayant littéralement des ailes d’anges.
Rémiel en particulier est une pâle imitation de l’Archange Gabriel.

Le truc, c’est que le jeu nous fait miroiter un scénario lambda.
On pense sauver le monde même si on devient de plus en plus méfiants et puis à 1/5 du jeu, « grosse claque ».
Donc après les mensonges et on remet tout en cause!

Conclusion

On remarque que plusieurs jeux de grosses licences utilisent la religion comme un outil.
En général des méchants qui divisent l’Humanité ou la contrôlent pour d’autres intérêts.
Cela donne des histoires plus intéressantes et c’est surtout les RPG japonais qui semblent surfer sur cette vague.
Sachez, en tout cas, que je vous ferrais certainement un article sur les jeux inspirés de religions qui ont été géniaux!

Publicités

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :