Publicités

Mon avis sur Dark Matter

N’étant pas astronome, je ne vais pas vous parler de la matière noire mais de la série du même nom, « Dark Matter » (qui sonnerait moins bien en français).
Une série de science-fiction bien sympa qui n’a malheureusement pas dépassée les 3 saisons.

L’idée de départ est très intéressante, on a un équipage de super bandits galactiques qui ont perdu la mémoire dans un vaisseau, le Raza.
Chacun récupère petit à petit des bribes de ses souvenirs et on découvre un prince en exil, une surhumaine (nanotechnologiquement), une androïde servant d’équipage mais devenant de plus en plus consciente, un flic infiltré parmi l’équipage le plus dangereux de la galaxie, etc…

L’histoire évolue graduellement puisque l’on assiste d’abord aux interactions entre les personnages qui n’arrivent pas à être « sans-coeur » comme auparavant.
Ils découvrent petit à petit que la galaxie est divisée par plusieurs multinationales/corporations qui s’affrontent discrètement malgré la présence d’une autorité galactique.

Dark Matter Le Raza.gif
« Une bonne partie des épisodes se passera sur le Raza, où nos héros découvriront petit à petit toutes les pièces ainsi que leurs secrets et surtout leurs propres facettes qui ne sont pas toujours très criminelles ou mortelles… »

J’ai beaucoup apprécié voir des criminels recherchés dans toute la galaxie qui apprennent à se découvrir eux-mêmes et découvrir leurs alliés. Ainsi que les milliers d’ennemis qu’ils ont pu avoir avant de perdre la mémoire.
C’est une belle opportunité scénaristique puisque nos héros redécouvrent l’univers là où nous le découvrons.
Un beau moyen de ne pas perdre les téléspectateurs devant de nombreuses informations à ingurgiter et de ne pas saouler son auditoire avec de très longues explications qui n’auraient pas de sens si les héros n’étaient pas amnésiques.

Chaque héros, excepté l’androïde, a un numéro (avant que l’on connaisse leurs prénoms) et dans ma tête, ils resteront toujours One (qui sera tué par le vrai One car il avait pris sa forme et sa place pour trouver le meurtrier de sa femme), Two (Wonderwoman en nanotechnologie), Three (le bandit rigolo qui a perdu sa femme devenue intelligence artificielle à cause de son corps mourant), Four (le samouraï de l’espace qui veut récupérer son royaume), Five (la gentille fille aux pouvoirs divinatoires mais grande geeko-technicienne) et Six (le super flic venu arrêter le pire équipage de la galaxie).

Chaque épisode s’arrête sur une bonne conclusion ou alors sur un suspense qui va vous donner envie de voir l’épisode suivant. Lorsque nos héros commencent enfin à comprendre un peu ce qu’il se passe dans la galaxie, ils terminent tous arrêtés par leur collègue qui a décidé de terminer sa mission de policier intergalactique.
Une fin de saison qui est marquante, croyez-moi.

La saison 2 passe à la vitesse supérieure avec Ishida qui veut récupérer son trône, les corporations qui vont enfin se lancer dans une guerre ouverte qui va déchirer la galaxie et nos héros qui décident de changer et d’être les mercenaires qui vont libérer l’Humanité de toutes ces multinationales malfaisantes.

Car au milieu de tous les conflits interstellaires, nos héros découvrent vite (après un voyage temporel, une dimension parallèle à la leur et bien d’autres aventures) qu’une autre dimension composé d’Aliens (contrairement à celle de nos héros, purement humaine).
L’équipage du Raza avait justement une cargaison assez spéciale en effet. La Dark Matter était là depuis le début, de toutes les intrigues.

Ces derniers, loin d’être comme les ennemis d’Ellen Ripley sont la cause même du nom de cette série, puisque leurs vraies formes semblent être une sorte de matière noire aka Dark Matter tun dun dun.
Ce qui est surprenant car ils ont affrontés des zombies, leurs clones maléfiques, des hordes de soldats et bien des ennemis qui restent moins dangereux que ces maudits aliens dimensionnels.

Ils ont le don de posséder les humanoïdes. Ainsi un peu comme la Légion Ardente dans Warcraft III, ils ont commencé à contrôler divers personnages influents des corporations pour les mener à la guerre entre eux, histoire de les affaiblir et surtout pour être capable d’ouvrir un gigantesque portail dimensionnel entre leur monde et le nôtre.

La série s’achève au dernier épisode la troisième saison où le portail s’ouvre après une grande bataille spatiale et où d’immenses vaisseaux noirs apparaissent en éliminant tous les vaisseaux sur leurs passages.

C’est un véritable gâchis, j’aimais beaucoup l’androïde qui prenait vie petit à petit et s’entendait avec d’autres androïdes « éveillés » aussi qui hésitaient entre un côté Terminator puisqu’ils voulaient sauver leurs frères-esclaves ou au contraire, devenir les amis des Humains.
Ne pouvant être contrôlé par les Aliens, je suppose qu’ils auraient été des alliés de circonstance qui auraient justement poussé l’Humanité à les reconnaître comme leurs pairs et les « libérer » de l’éternelle servitude.

Cette série était réaliste avec la condition humaine. On avait affaire à de bonnes, de mauvaises et des « 50-50 » personnes qui rendaient la série sympathique.
Malgré la géopolitique présente, on avait le droit à beaucoup d’humour et c’était un vrai plaisir de voir cet équipage évoluer malgré ses gains (nouveaux membres) et ses pertes (parfois des départs, parfois des décès).

Grâce à l’une des héroïnes qui telle une Psyker de Warhammer, pouvait voir en partie l’avenir, on savait que les vaisseaux noirs allaient arriver avec d’autres révélations mais sans suite, on ne saura jamais ce qui attendaient nos héros (sauf en bande dessinée peut-être? Mais cela va être gênant vu que les personnages ne sont pas tout à fait les mêmes).

J’étais bien curieux de savoir ce que Ishida allait faire après avoir récupérer et perdu son trône. Je vous laisse avec ce moment d’anthologie où il élimine tous ses adversaires et redevient l’héritier légitime de son empire.
La musique, la démarche, le regard, tout était parfait! A l’image de cette série, malheureusement…

Je ne vous cache pas que j’ai l’espoir que la série reprenne un jour… mais contrairement à un anime, il faudrait aussi que les acteurs soient disponibles (sachant qu’ils vont vieillir etc…) donc j’y crois peu… même si un rachat de la part de Netflix pourrait transformer ce fantasme en réalité.

Publicités

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :