La véritable identité de Nécron/Darkness dans Final Fantasy IX

Attention, cet article risque de comporter de nombreux spoils à propos de Final Fantasy IX, je sais que le boss final de ce jeu a crée de nombreuses frustrations et je vais donc tenter d’expliquer pourquoi cet ennemi qui semble sorti de « nulle part » était l’ennemi évident de nos héros. Un adversaire ni tout blanc ni tout noir.

Je comprends la frustration de nombreuses personnes puisque moi aussi dans ma jeunesse, j’avais l’impression que les scénaristes avaient fumé un bon coup. Reprenons les opus précédents.

Necron Darkness.gif

Final Fantasy VII -> On affronte 3 fois d’affilés Sephiroth, on pourrait même parler d’un enchaînement de 4 boss puisque l’on affronte Jenova juste avant sa première forme ( et sans possibilité de sauvegarder ). Dès le début du jeu, il était l’ennemi à abattre.

Final Fantasy VIII -> On affronte 4 fois d’affilés Ultimecia ( où 3 fois contre elle et une fois comme sa G-Force? ). Contrairement à Sephiroth, c’est un ennemi qui manipulait et contrôlait ceux que l’on considérait comme les ennemis à abattre.
Néanmoins, ses motivations et sa présence sont expliqués progressivement ce qui rends l’intrigue encore plus intéressante.

Final Fantasy IX -> On affronte 1 fois Kuja et ensuite on affronte 1 fois Nécron. On observe donc une perte de défi, 2 combats au lieu de 4 ( 3 combats car j’oublie Sulfura avant Kuja mais je l’ai tellement tué vite que je l’ai oublié! ) et surtout le boss final n’apparaît véritablement qu’en fin de jeu et surtout on avait jamais entendu parler de lui auparavant. Ni par un NPC, ni dans un ouvrage, encore moins dans une quête annexe.

Le problème réside clairement dans l’impossibilité de deviner l’existence même de Nécron avant de le rencontrer et pourtant il est une allégorie de la Mort.
Chaque Final Fantasy a un grand thème, idée que je compte bien reprendre dans un autre article et celui de Final Fantasy IX est clairement sur la dualité entre la vie et la mort.

La chanson phare de ce jeu est « Melodies of Life » ( un jour, je ferai un article sur Nobuo Uematsu car sans ses musiques, les Final Fantasy n’auraient pas une telle aura ) et on observe surtout un combat à mort depuis plusieurs siècles entre Héra, la planète de nos héros et Terra, celle de nos « ennemis ».
La Mort bouleverse tous les personnages et voici quelques exemples:

  • Djidane est le symbole même de la vie, FFVIII est mon préféré mais punaise Djidane est le héros le plus joyeux, le plus pétillant et même le plus vivant de la saga. Il est la Vie même, on est très loin des regards de chiens battus de Cloud ou Squall. Il est l’Espoir.
  • Bibi est le personnage de ce jeu, celui qui doit apprendre à vivre après avoir appris qu’il n’était qu’une arme de guerre au départ. L’évolution du petit mage a dû en marquer plus d’un vu qu’il était un peu le « petit frère » de l’équipe.
  • Freyja, qui découvre le génocide pur et simple de son peuple à Bloumécia et à Cleyra.
  • Et surtout Kuja, lorsqu’il s’est enfin vengé de Garland et surpasse enfin Djidane, il apprends qu’il ne vivra plus très longtemps. La peur de la mort l’a complètement métamorphosé et il décide donc de mettre un terme en détruisant le cristal de Vie.

Tout au long du jeu, le désespoir atteint des personnages mais nos héros apprennent à le surpasser d’où la scène où Djidane sur Terra est aidé par ses alliés et dont la musique s’intitule « You’re not alone ».

Au passage, le village des Mages Noirs est l’un des meilleurs endroits de tous les Final Fantasy réunis. C’est très fascinant d’observer comment des êtres censés être des machines de guerres sont humains. Ils découvrent la vie ( je pense à la naissance du Chocobo et leurs joies devant le miracle de la vie ) et aussi la mort ( le cimetière où reposent leurs semblables ).
Malgré cette peur de la mort, ils décident de vivre et surpassent donc le désespoir.

Finalement, vu que la menace que représentait Terra sur Héra disparaît lorsque Kuja annihile tout ce qui existe à la surface de cette planète. Il ne reste plus qu’a éliminer ce dernier et tel Vegeta, il décide de ne pas partir seul et lance son attaque suprême, Ultima.

« Des queues de singes, des êtres venus d’une autre planète pour détruire celle ci, une forme « super »… Beaucoup de points communs avec DBZ, non? En tous cas, ils auront découvert la forme SS4-GOD avant DBS! » – Sinbad aka celui qui est jaloux de ne pas avoir de « super-forme » lui aussi…

Dans le doute, je pense que l’attaque a peut-être détruit le cristal et que Necron apparaît alors à ce moment pour tester si « les vivants méritent de vivre ». Il dit clairement qu’il réapparaîtra un jour lorsqu’on le détruit donc je suppose que c’est réellement une incarnation de la Mort qui apparaît à chaque fois que la Vie est en danger?

Ou alors, serait-ce la peur de Kuja qui pour obtenir sa transe à dû utiliser la peur des milliers voir millions d’âmes coincés dans l’Invincible ( l’aéronef avec un œil géant )? Voire même la peur de nos héros qui ont survécu à l’attaque de Kuja mais qui sont justement aux portes même de la Mort?

Naissance du Chocobo au Village des Mages Noirs.gif

Comme je le disais plus haut, Djidane représente l’Espoir et il est le seul à se lever contre Darkness dans un endroit nommé la « Colline du Désespoir ». Et on doit justement choisir 4 héros qui combattront contre le boss final et c’est là, l’événement le plus intéressant puisque les héros non-combattants offrent leurs énergies et leurs espoirs à ceux qui se lèvent.

Necron ne cesse de répéter que la vie est inutile face à l’inexorabilité de la mort. A quoi bon vivre puisque l’on va mourir? Il aurait pu s’appeler nihilisme à ce prix là. Nos héros arrivent à le vaincre mais surtout et c’est un fait très rare dans les Final Fantasy, sauf si je compte Seifer.
Nos héros sont sauvés de cette dimension maudite par Kuja qui les téléporte. C’est pour cela que Djidane risque sa vie à la fin pour le sauver car malgré toute la haine, tous les massacres commis, même Kuja ne pouvait accepter que la Vie prenne fin.

Mort de Kuja.gif
« Malgré sa mort imminente, il aura téléporté nos héros et leur a sauvé la vie comme ils ont sauvés la Vie eux mêmes. On sent que dans une autre vie, ils auraient pu être amis… »

D’ailleurs même Garland, malgré sa tentative de conquête d’Héra et la destruction de Terra, ils aident nos héros et les guident jusqu’à son dernier souffle. On a deux méchants qui trouvent peut-être la rédemption car ils ne souhaitent pas que la Vie s’achève.
Le message est fort puisque Cloud n’a pas réussit à empêcher Sephiroth de devenir fou, Squall a peut-être sauvé Ultimecia si on devine son identité mais Djidane, il a réussit à pousser deux êtres génocidaires contre leurs propres idées.

Il fallait donc bien qu’il existe un méchant qui représente un mal suprême, un peu comme le petit Buu dans DBZ, le mal à l’état pur… Necron est la Mort à l’état pur.

Bibi au cimitière.png
« Vivre, c’est prouver que l’on vît? » – Bibi

Je trouve vraiment ce jeu très réussi car il est une véritable ode à la vie, tous les personnages doivent surpasser leurs détresses et choisir de sauver la vie face à la mort, un peu comme Steiner et Beatrix qui défendent la princesse Grenat. Même les pires ennemis du jeu comme Kuja et Garland défendent la vie à la toute fin du jeu.
Qui aurait pu penser avoir de la peine pour Kuja, lorsqu’il décède en dessous de l’Ifa? Personne n’en aurait eu pour Sephiroth ou Kefka!

Les scénaristes auraient dû mettre 2/3 indices pouvant faire comprendre l’existence de Necron avant qu’on le rencontre et le jeu aurait été parfait mais j’apprécie énormément le fait qu’il a surtout permis d’éprouver des sentiments de pitié et de compassion pour deux « grands méchants » qui ont montré avoir une once d’humanité. Donc avec le recul, j’accepte bien mieux ce « truc qui ressemble à rien » sorti de nulle part contrairement à la première fois où je l’ai rencontré.
Comme quoi, rien n’est tout blanc, rien n’est tout noir.

« Avec l’une des fins les plus heureuses de la saga, s’achève FFIX! »
Publicités

5 commentaires sur “La véritable identité de Nécron/Darkness dans Final Fantasy IX

  1. Ce jeu… C’est ma vie… un chef d’oeuvre. Et comme je le répète toujours : c’est ce jeu qui a fait de moi l’homme que je suis.
    Merci FF9 je t’aime
    Très bon article comme d’hab mon frère.

    Aimé par 1 personne

  2. Je n’ai pas aimé FF9 la première fois. Je l’ai adoré la 2eme fois.
    après pour moi le vrai bemol de FF9 n’est pas dans le scénar, mais dans le dosage de la difficulté.
    CD 1 : difficile
    CD 4 : easy
    même Gaia peut être défoncée en 30sec sur une bonne sortie.
    Un bon RPG est un RPG qui te fait pleurer des larmes de sang niveau difficulté !

    Aimé par 1 personne

    • Comme quoi cela valait la peine d’être retenté, je suis à moitié d’accord car cette critique s’applique aussi à FFVII et VIII.
      Dans le premier, il suffit de bien gérer ses matérias et les faire évoluer comme il faut et dans le second, si on gère bien ses Guardians Force, c’est easy peasy ouistiti!

      J'aime

  3. Ping : L’âge d’or des Final Fantasy? – Daily Moogle

Vous pouvez commenter avec votre compte Facebook/Twitter en cliquant sur "Entrez un commentaire" puis sur l'icône du réseau social qui vous convient en bas à droite.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :